clinique mutualiste grenoble

Doctegestio désigné repreneur de la clinique mutualiste de Grenoble

La vente de la clinique mutualiste de Grenoble était au cœur des débats depuis quelques jours. Après avoir enregistré 3 candidatures, le conseil d’administration d’Adrea a porté finalement son choix sur le groupe Doctegestio. Une décision qui a suscité de nombreuses réactions.

L’avis défavorable des élus locaux et du collectif d’usagers

Le choix de Doctegestio comme acquéreur de la clinique mutualiste de Grenoble a provoqué de nombreuses réactions. C’est le cas d’un collectif d’usagers ainsi que des élus locaux de la ville qui n’approuvent pas une telle décision. Il s’agit, en réalité, d’un choix contraire aux attentes de ceux-ci. 

Il y a exactement neuf mois, la mutuelle Adrea a déclenché le processus de vente de la clinique. Dans le temps, plusieurs voix se sont élevées pour manifester leur souhait de voir maintenir la mutualiste dans le secteur du privé non lucratif. Ainsi, un repreneur répondait à cette exigence, il s’agit de l’association AGDUC.  

La candidature de l’association AGDUC, qui est associée au CHU, était encouragée par la ville de Grenoble ainsi qu’un collectif d’usagers. La Métropole et le département de l’Isère étaient aussi favorables pour qu’AGDUC reprenne la clinique mutualiste. Mais, contre toute attente, le Conseil d’administration a préféré Doctegestio comme repreneur. Une décision prise à l’issue d’une assemblée qui a eu lieu le lundi 6 juillet.

Pour Thierry Carron, Secrétaire du syndicat Force Ouvrière du Comité Économique et Social du GHM, le Conseil d’administration a opté pour « le plus offrant financièrement ». Aussi, ce dernier déclare : « Nous sommes très déçus. Notre crainte, c’est que l’offre faite demande un retour sur investissement et que pour les salariés, cela entraîne des conditions de travail plus difficiles ».

La réaction d’Adrea sur le choix de Doctegestio

Pour Adrea, Doctegestio est le meilleur choix possible comme repreneur de la clinique mutualiste de Grenoble. Cette décision est défendue par le vice-président délégué d’Adrea, Denis Philippe, qui affirme « c’est parce qu’on a cinq points qui nous semblaient importants ». En plus de cette déclaration, d’autres précisions ont été apportées par l’homme sur le sujet.« L’offre présentée par Doctegestio apporte des garanties réelles par rapport aux exigences formulées dès septembre 2019 par le conseil d’administration de l’UMG GHM, tout en répondant aux principales préoccupations exprimées par les pouvoirs publics », détaille Denis Philippe. Par ailleurs, il faut noter que l’effectivité de la vente du GHM est prévue pour le 1er janvier au plus tard. Cela pourrait arriver dès l’automne prochain à la fin des négociations entamées entre Adrea et Doctegestio.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.